"Facebook Questions" : le nouveau forum intelligent et universel

Facebook vient de sortir une fonctionnalité majeure : un forum intelligent et universel.

Un Forum…

On peut poster une question sur Facebook de la même manière qu’on met actuellement à jour son statut. On peut y attacher des images et des liens.

Poser une question

On peut également créer rapidement un sondage (façon Doodle).

L’outil est déjà disponible pour 5 millions d’utilisateurs, et va débarquer sur nos profils dans les prochaines semaines.

…intelligent…

De la même manière que pour nos statuts, Facebook les affiche sur les murs des gens qu’il estime pouvoir être intéressés et susceptibles de nous répondre. Qu’ils soient nos amis ou non.

Répondre à une question

Les réponses sont notées par les visiteurs, les meilleurs répondeurs sont mis en avant et il leur sera davantage soumis de questions similaires.

…et universel

Fort de ses 500 millions d’utilisateurs, Facebook lève trois contraintes inhérentes aux forums de discussion traditionnels :

  • il faut généralement s’inscrire pour poser une question sur un forum. Avec Facebook Questions, il suffit d’être inscrit sur Facebook (ce qui est le cas d’un grand nombre de personnes, notamment la quasi-totalité des 15-24 ans en France) ;
  • il faut volontairement et régulièrement fréquenter un forum pour tomber sur des questions auxquelles répondre. Avec Facebook Questions, il suffit de consulter sa page d’accueil Facebook ;
  • les forums spécialisés sont nombreux et dispersés, y compris pour un même thème. Avec Facebook Questions, on se retrouve avec un forum unique et commun à tous les utilisateurs et tous les thèmes.

Quel avenir pour ce service ?

C’est une fonctionnalité qui, à tous les coups, va faire un carton :

  • c’est simple (pas besoin de s’inscrire sur un forum) ;
  • Facebook choisira très intelligemment les utilisateurs auxquels il faut soumettre la question ;
  • il y a 500 millions d’utilisateurs potentiels qui, au minimum, verront les questions des autres sur leur mur ;
  • il y a des enjeux monstrueux de publicité ciblée derrière, de telle sorte qu’un vaste écosystème d’applications tierces va rapidement se constituer autour de cette fonctionnalité.

Quels enjeux pour l’Église ?

De très nombreuses personnes, surtout des jeunes, vont poser des questions en rapport avec l’Église Catholique.

Il y aura des questions délicates (sexualité, célibat des prêtres,…), des questions déviantes (pédophilie, inquisition,…) et des questions théologiques pointues.

Les protestants et d’autres, moins bien intentionnés mais non moins organisés, vont être omniprésents pour répondre à ces questions.

L’outil va vraisemblablement atteindre un tel taux d’utilisation, surtout par les jeunes, qu’on ne peut pas se permettre de passer à côté.

Quelle stratégie adopter ?

Icône Facebook QuestionsCette nouvelle fonctionnalité confirme clairement l’évolution du web vers un outil de communication entre les personnes, et plus du tout de communication institutionnelle unilatérale.

Selon vous, répondre à ces questions relève-t-il fondamentalement de l’enseignement et de la transmission de la foi ? Quelles ressources faut-il y consacrer ? Quelles personnes ont la compétence, la disponibilité et la légitimité pour cela ? Comment articuler cette tâche avec les pastorales jeunes ? Faut-il une coordination centralisée, et si oui, par qui ?

Par ailleurs, selon vous, quels sont les outils et moyens que pourrait mettre en place l’Église en France pour mener à bien cette stratégie ?

Vos avis nous intéressent. Grâce à eux, et avec davantage de recul, nous tâcherons d’apporter des éléments de réponse dans nos prochains articles.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] nouvelle fonctionnalité majeure de facebook, une plateforme sociale de questions-réponses (lire l’article). En substance, il s’agit de pouvoir poser une question, de la même manière qu’on […]

Les commentaires sont fermés.